Les entreprises négligent encore beaucoup d’opportunités de réduire les coûts de l'absentéisme

Vendredi 29 septembre 2017 — L’absentéisme au travail ne cesse d'augmenter dans notre pays. Mais en dépit des coûts importants qu'il engendre, les entreprises laissent encore passer trop d'opportunités de lutte contre ce problème. Beaucoup d'organisations semblent d’ailleurs le subir plutôt que de s'y attaquer de manière efficace. Une étude réalisée par Mensura, Service externe de Prévention et de Protection au Travail, révèle que seule une petite minorité d'entre elles réagissent en mettant en œuvre des procédures et des accords, et en offrant des possibilités de travail adapté. Mieux comprendre l'absentéisme aide les organisations à élaborer une politique préventive, destinée à mieux garantir le bien-être des collaborateurs et réduire les coûts de l'absentéisme.

L’absentéisme coûte énormément d'argent aux entreprises : l'absentéisme de longue durée et celui de courte durée représentent ensemble en moyenne 2,6 % du total des coûts salariaux d'une entreprise belge. Les employeurs doivent supporter non seulement des coûts directs lourds (le salaire garanti, les assurances et l’ONSS), mais également des coûts indirects (notamment les remplacements, les heures supplémentaires et les pertes de production ou de qualité).

L'absentéisme doit être traité au niveau structurel
Cependant, comme le montre une étude de Mensura, beaucoup d'entreprises semblent subir le problème plutôt que de s'y attaquer de manière efficace :

  • plus de la moitié (55 %) des organisations interrogées déclarent ne pas connaître leur pourcentage d'absentéisme ;
  • seule 1 entreprise sur 3 (34 %) a élaboré des procédures et des accords en matière d'absentéisme ;
  • 2 entreprises sur 3 (62 %) n'offrent jamais de possibilités d'effectuer un travail adapté ;
  • 40 % des organisations qui ont une politique de prévention et de protection au travail établissent un lien avec leur politique d'absentéisme.

Gretel Schrijvers, directeur général de Mensura : « Pour pouvoir tenter de réduire ou d’éviter efficacement l'absentéisme, les entreprises doivent impérativement connaître les chiffres de leur absentéisme, élaborer des procédures et des accords dans ce domaine, et offrir des possibilités de travail adapté. »

Organisation du travail et stress
Interrogés sur le vécu de leur travail, les travailleurs déclarent se sentir appréciés et impliqués. 3 sur 4 (75 %) se sentent appréciés par leur supérieur hiérarchique, mais un peu moins de 60 % ont le sentiment d'être effectivement soutenus.

Alors que les travailleurs estiment important de pouvoir intervenir dans l'organisation du travail et dans la politique de l'organisation, il s'avère que moins de la moitié d’entre eux ont la possibilité de gérer eux-mêmes leur travail (48 %) et de définir leur rythme de travail (42 %).

Les résultats concernant le vécu du stress au travail sont loin d'être positifs. Plus de la moitié des travailleurs (55 %) indiquent être moyennement à très stressés par leur travail. Près de 1 sur 4 (23 %) déclare ne parfois pas pouvoir ou ne jamais pouvoir gérer de manière saine son niveau de stress. 78 % déclarent que le travail entraîne parfois ou souvent une contrainte mentale.

Gretel Schrijvers : « Les conditions de travail et les facteurs qui influencent la santé physique et mentale des collaborateurs ont un impact direct sur les chiffres de l'absentéisme. C'est surtout au niveau de la gestion du stress, terreau du burn-out, qu’il reste encore beaucoup de pain sur la planche. Le fait que moins de la moitié des entreprises belges établissent un lien logique entre prévention et absentéisme, montre que beaucoup de progrès doivent encore être faits.

Une analyse approfondie du problème d'absentéisme propre à chaque entreprise constitue à cet égard un point de départ. C'est pourquoi Mensura a développé une série d'outils en ligne aisément accessibles, destinés à aider les entreprises à mieux comprendre le problème. Le Compas de l'absentéisme les aide à procéder à une radioscopie de l'approche mise en œuvre et en identifie les faiblesses. Le Calculateur coût de l'absentéisme permet de chiffrer concrètement les coûts réels de l'absentéisme pour une organisation. Nous aidons ainsi les entreprises à prévenir et réduire l'absentéisme au niveau structurel. »


Pour plus de chiffres et d'informations surfez sur www.mensura.be/fr/prevenir-l-absenteisme/absenteisme-travail

Cliquez ici pour télécharger le whitepaper.

À propos de l'enquête
Les chiffres de l’étude repris dans un livre blanc consacré à l'absentéisme sont issus d'une enquête téléphonique menée (quand ?) auprès de 2 230 employeurs et d'une enquête en ligne réalisée auprès de 1 913 travailleurs par le bureau d'étude externe Profacts. Par ailleurs, les chiffres ont été complétés à l'aide de données tirées de 5 271 analyses des risques psychosociaux (septembre 2016 – mai 2017) et d’examens médicaux périodiques réalisés par Mensura sur une période de cinq ans (1 316 506 examens périodiques durant la période 2012-2016).

 

 

Gretel Schrijvers - Directeur général de  Mensura