2 travailleurs horeca sur 3 estiment subir trop de pression

Jeudi 6 septembre 2018 — L'été chaud de 2018 a battu des records, tout comme le secteur de l'horeca. Mais comment les travailleurs de ce secteur vivent-ils leur métier ? Une enquête en ligne menée auprès de plus de 850 travailleurs horeca a révélé qu'ils estiment subir trop de pression. 1 sur 5 souffre d'un stress intense. Les travailleurs du secteur disent par contre apprécier l'ambiance au travail et les relations entre collègues. Il est essentiel d'investir dans la prévention afin de lutter contre l'absentéisme, estime Mensura.


Une large majorité estime subir trop de pression
Recruter et conserver un effectif suffisant reste un défi pour les employeurs de l'horeca. Une enquête en ligne menée auprès de plus de 850 travailleurs du secteur confirme que pas moins de 2 travailleurs sur 3 (67 %) déclarent subir trop de pression dans le cadre de leur travail. De plus, une majorité considère que le besoin de concentration (contrainte mentale ; 54 %), les émotions suscitées par le travail (contrainte émotionnelle ; 53 %) et les tensions physiques (contrainte physique ; 54 %) sont trop importants.

"Combiner la nécessité de rester concentré et focalisé, avec une charge de travail importante et des contacts avec des clients ou des collègues eux-mêmes sous pression peut engendrer une contrainte importante pour le corps et l'esprit."
Koen Van Hulst, responsable aspects psychosociaux chez Mensura

1 travailleur sur 5 subit un stress important
Le stress s'avère être un phénomène largement répandu. Plus de 4 travailleurs sur 5 (82 %) éprouvent un certain degré de stress.

"Le stress n'est pas une chose négative en soi : il aide à se concentrer et à donner le meilleur de soi-même. Cependant, cette pression ne peut ni être trop forte ni perdurer. Si c'est le cas, le stress devient problématique et source de toutes sortes de problèmes. 
20 % des travailleurs déclarent souffrir d'un stress important, un chiffre très élevé. Mais il va sans dire que la manière dont ce stress est géré est également importante. Le fait que 77 % expliquent pouvoir, généralement ou constamment, y faire face de manière saine est une bonne nouvelle. Cependant, il est nécessaire d'être attentif aux 23 % chez qui ce n'est pas toujours ou jamais le cas. Ils constituent en effet un groupe à risque."

Koen Van Hulst

Le personnel horeca émet un avis essentiellement positif concernant l'ambiance au travail. Plus d'1 travailleur sur 2 (53 %) est satisfait de l'ambiance sur son lieu de travail. A noter que ce chiffre est légèrement supérieur à celui des autres secteurs. Près de 2 travailleurs sur 3 (65 %) disent être est suffisamment soutenus et appréciés par leurs collègues, un puissant antidote face au stress.


La prévention bénéficie et aux employeurs et aux travailleurs

"Les résultats de cette enquête confirment que la charge de travail et le stress sont des facteurs de risque importants dans l'horeca. Si l'on regarde le nombre de parcours d'intégration initiés dans l’horeca par Mensura en 2017, on s'aperçoit que ce secteur est en tête de liste. Les causes sont essentiellement de nature psychosociale. 
Les établissements horeca ne doivent toutefois pas rester les bras croisés. Une analyse des risques psychosociaux offre une base idéale pour entreprendre des actions ciblées. Nous avons également élaboré un site web spécifiquement dédié à la prévention dans l'horeca. Y sont repris des listes de contrôle pratiques, des modèles et des astuces. Nous conseillons aux établissements du secteur, y compris aux plus petits, d'accorder une attention suffisante à la prévention et à la communication avec leurs travailleurs, dans le but de réduire au maximum les facteurs de risque susceptibles de déboucher sur un problème d'absentéisme."

Koen Van Hulst

https://www.mensura.be/fr/prevention-et-bien-etre-dans-l-horeca

A propos de l'enquête
Mensura a interrogé, sur une période de 2 ans (2016-2018), un total de 886 travailleurs du secteur horeca belge,dont 51 % d'hommes et 49 % de femmes. Parmi ces travailleurs, 15,3 % avaient moins de 25 ans, 39,1 % avaient entre 25 et 34 ans, 24,6 % étaient âgés de 35 à 44 ans, 14,6 % avaient entre 45 et 54 ans, et 6,4 % avaient plus de 55 ans.

Koen Van Hulst Responsable aspects psychosociaux chez Mensura